Changement climatique

« Le 5ème rapport du Groupe International d’Expertise sur le Climat publié en 2014 souligne les effets dramatiques que pourrait induire la poursuite du réchauffement climatique amorcé depuis la Révolution  Industrielle du XIXe siècle. Les impacts se vérifient déjà dans les domaines suivants :

  • sur la ressource en eau potable : Dans de nombreuses régions, notamment en Europe, en Afrique et en Amérique du Sud, la modification des schémas des précipitations (des pluies plus fortes mais plus rares par exemple), ainsi que la fonte plus rapide des neiges et des glaces, modifient les systèmes hydrologiques, et perturbent les ressources en eau. Il y a par exemple moins d’eau potable disponible dans certaines régions. Dans d’autres régions, cette eau est désormais de moins bonne qualité.

 

  • sur la production alimentaire : A quelques rares exceptions près, les changements climatiques ont eu un impact négatif sur les rendements de la plupart des cultures. Dans de nombreuses régions, on a constaté une forte baisse des rendements du blé et du maïs. Les effets ont aussi été négatifs sur les rendements du riz et du soja, mais dans une moindre mesure. On a également constaté de nombreuses périodes d’augmentation très rapide du prix des produits alimentaires et des céréales, suite à des évènements climatiques extrêmes (incendies géants, tempêtes, inondations, etc.). Cela a eu un impact très fort sur les populations les plus pauvres, pour qui l’achat de denrées alimentaires est alors devenu très difficile.

 

  • sur la santé : On constate des changements dans la répartition géographique de certaines maladies liées à l’eau ou dites « à vecteur », c’est à dire des maladies transportées par des mammifères, des oiseaux, des arthropodes et des insectes, qui pourraient s’être déplacé à cause des changements climatiques.

 

  • sur la biodiversité terrestre et marine : Les espèces terrestres, ainsi que les espèces d’eau douce et d’eau de mer modifient leurs zones de répartition géographique, leurs déplacements migratoires ainsi que leurs activités saisonnières. Les interactions entre les différentes espèces sont également modifiées.

 

  • sur les inégalités : Les impacts des changements climatiques tendent à creuser les inégalités : ainsi, les peuples marginalisés au niveau social, économique, culturel ou politique se trouvent d’autant plus marginalisés lorsqu’ils subissent les effets des changements climatiques. Cette vulnérabilité est rarement due à une cause unique, mais plutôt à une accumulation de facteurs concomitants. Les changements climatiques exacerbent d’autres facteurs de stress, en ayant par exemple des incidences directes sur les moyens de subsistance, en réduisant le rendement des cultures, ou en détruisant des habitations mal adaptées. Les conflits violents augmentent fortement la vulnérabilité au changement climatique en portant atteinte aux actifs qui facilitent l’adaptation, en particulier les infrastructures, les institutions, les ressources naturelles, le capital social et les moyens de subsistance.

 

  • sur les évènements extrêmes (vagues de chaleurs, inondations…) : Les évènements extrêmes, tels que les vagues de chaleurs, les inondations, les cyclones, ou encore les feux de forêt, montrent bien à quel point nos populations sont aujourd’hui exposées à la variabilité climatique. De tels évènements ont un impact majeur sur les écosystèmes, sur la production alimentaire, sur la disponibilité en eau ; ils peuvent détruire des habitations, accroitre la mortalité et la morbidité, et avoir des fortes conséquences sur la santé mentale et le bien être humain. Le continent africain est tout particulièrement concerné par les impacts du changement climatique : plusieurs graves pandémies sont nées d’une transmission entre animaux, chez qui elles étaient endémiques, et les Hommes du fait de la déforestation ; la sécheresse affecte la zone sahélienne depuis plusieurs années, suscitant des migrations sources de conflits entre nomades pasteurs et agriculteurs sédentaires et un affaiblissement de la sécurité alimentaire, etc.

La 21èmeConférence des Parties (COP21) à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques(CCNUC), qui se tiendra à Paris entre le 30 novembre et le 11 décembre 2015, constitue dans ces conditions un enjeu considérable : celui  de mener à la signature d’un accord international contraignant sur le climat qui permettra de contenir, tant qu’il en est encore temps, le réchauffement global en deçà de 2°C. »

ACTUALITES

RESSOURCES